Vivre avec la démence

La démence

Comment évolue une maladie démentielle ?
Quelle est l'espérance de vie des personnes atteintes de démence ?
À quoi les malades et les proches doivent-ils prêter attention ?


Comment évolue une maladie démentielle ?

Les maladies démentielles primaires sont progressives et incurables. Les traitements médicamenteux et non médicamenteux peuvent ralentir leur évolution. Un environnement et une prise en charge stimulants au quotidien ont également un impact positif sur les symptômes.
La maladie et ses symptômes peuvent donc évoluer très différemment d'un individu à l'autre.
D'après l'ICD 10, les pathologies démentielles peuvent toutefois être divisées en trois degrés de gravité différents.

1) La démence légère

Durant cette phase, le malade est encore capable de vivre de manière autonome. Il n'est en revanche plus en mesure de réaliser des tâches plus complexes, par exemple, utiliser les transports en commun, régler les questions financières, etc.
Les symptômes les plus notables de cette phase sont essentiellement liés à l'humeur : dépression, irritabilité, sautes d'humeur et manque d'initiative.

2) La démence moyenne

Le malade peut encore effectuer des activités simples. Les tâches plus complexes représentent en revanche des obstacles presque insurmontables. Les personnes concernées peuvent encore souvent vivre en autonomie partielle, mais elles ont de plus en plus besoin de l'aide de tiers.
Au niveau du comportement, cette phase s'accompagne souvent de symptômes tels que de l'agressivité, des accès de colère et des états d'agitation.

3) La démence grave

Durant cette phase, le malade n'est plus capable de formuler des raisonnements intelligibles. Il a un grand besoin d'aide et d'assistance pour réaliser des tâches basiques comme sa toilette. Des troubles du rythme jour-nuit, des mouvements répétitifs, des mouvements incessants des mains et des cris figurent parmi les symptômes typiques de cette phase.

Quelle est l'espérance de vie des personnes atteintes de démence ?

L'espérance de vie des malades varie fortement d'un individu à l'autre.
Elle s'élève en moyenne de 6 à 10 ans après l’établissement du diagnostic, même si elle peut s'élever à plus de 20 ans dans bien des cas. L'apparition précoce de la démence ainsi que la présence de pathologies complémentaires influencent négativement l'espérance de vie. À l'inverse, l'absence d'autres maladies, le suivi d'un traitement médicamenteux et non médicamenteux personnalisé, un environnement adéquat et des relations sociales positives et stables sont des facteurs d'influence favorables.

Les causes les plus fréquentes de décès des personnes atteintes de démence sont les pneumonies et les infections urinaires ascendantes. Les personnes atteintes de démence grave et très grave sont particulièrement exposées à ces pathologies, étant donné qu'elles restent la plupart du temps alitées et immobiles et souffrent de troubles de la déglutition.

À quoi les malades et les proches doivent-ils prêter attention ?

Le diagnostic de la démence provoque souvent un sentiment d'angoisse et d'insécurité chez les malades et leur entourage.
Les informations sur la maladie leur permettent de gérer et surmonter ces sentiments. Toutes les personnes impliquées peuvent ainsi s'adapter aux besoins pratiques générés par la pathologie démentielle afin que le malade puisse continuer à vivre de la manière la plus autonome possible.
Il est utile de bien connaître les différentes offres d'aide et d'assistance pour pouvoir prendre des mesures de prévention ciblées. En effet, le recours précoce à ce type de services empêche que les proches croulent sous le poids des soins et de la prise en charge et permet de préserver une relation stable et positive entre le malade et son entourage.
Avec ses multiples activités de conseil, d'accompagnement et de prise en charge, l'ala est un interlocuteur privilégié à tous ces égards.



Les cookies participent au bon fonctionnement de ce site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus